Regards sur.... e275193bc089e9b3ca1aeef3c44be496-1386076374

Publié le 7 mars, 2015 | par Stéphane Favereaux

1

Dessin de presse : Caen on n’a que la peur

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Cet édito est initialement rédigé pour Le Comptoir Digital du vendredi 6 mars, émission sur Radio Campus Paris. Un retour, quelques jours après, sur les rencontres du Dessin de presse prévues à Caen et finalement reportées.

(Quelques passages ont été adaptés pour l’écrit)

n-RENCONTRES-DESSIN-PRESSE-large570

_____

Chers lecteurs, chers internautes, monsieur le juge étalé dans ta vinasse au comptoir, Bonsoir !

Alors qu’en ces temps troublés, où des journalistes se font buter, où des tarés détruisent des œuvres d’art auxquelles ils n’ont rien compris, je me suis dit qu’il fallait un tantinet de sérénité retrouver. Et comme il est de mon fait de ne pas me montrer critique, alors allons-y !

Avec cette vision foireuse de la religion dévoyée en pouvoir malsain et nauséabond….un genre d’idéal ou idée-Allah, si on n’est givré de la charia, j’aurais pu m’énerver un poil, mais s’énerver un poil quand on parle de barbus…. mais ce serait facile.

Cette vision insultante à l’intelligence de la religion, donc, ne casse plus des briques. Elle casse des statues à la masse et détruit des ruines au Bulldozer. Ça tombe bien les tarés de dieux sont à la masse aussi. Ils sont cohérents au moins.

dubus radioateur

S’attaquer à l’art, c’est aussi ne pas le défendre. Ma causerie du jour s’oriente indirectement donc sur la ville de Caen, qui décale à loin dans le temps,  « en des temps plus sereins« , ses rencontres du dessin de presse au Mémorial. Les temps sereins, c’est pour quand ? Pour quand, pas à Caen ! Un temps où il faudra un vrai débarquement de dessinateurs…. sans mettre la tête dans le sable des plages du débarquement, justement, qui voyaient arriver des libérateurs.

Aujourd’hui ce sont des touristes qui viennent voir Lenormand, pas Gérard, qui voulait être président, mais le normand, l’autochtone du bocage.

La presse donc avait pour dessein de montrer qu’elle s’oppose à la peur avec des dessins. Les organisateurs ont  préféré la peur à la pose de traits d’esprits et d’humour qui luttent contre la bêtise. On va finir par croire que l’on n’a que ce que l’on mérite. Et ils n’ont aucun mérite, justement de céder face au risque et à la terreur. Et on hérite de quoi ? On s’attendait à voir les dessinateurs de Caen tonner, sans chinoiseries, mais quelques péquins ont préféré une grande marche… en arrière…. on n’aime pas le risque gluant collant à la peau, visiblement. Le rouleau de la peur a compressé le printemps des dessinateurs.

Le Mémorial est un lieu de mémoire, la mémoire de l’horreur subie, subite quand on n’y attend pas, et alors que l’horreur est aujourd’hui quotidienne dans les news,  d’aucuns préfèrent se parer de peur plutôt que de panache, de silence assassin plutôt que de mots et de dessins à réveiller les morts.

Aux larmes, citoyens ! Serrez bien vos baillons, Silence, silence, que la liberté s’assèche dans nos sillons.

Un lieu de mémoire où on préfère ne pas la célébrer par l’humour, pour débiter des âneries intelligente…. on débite tellement qu’on finit sans couilles… on n’a pas fini de rire…. malheureusement, à Caen, le courage devient mou…. ça fait un mou-rire.

Aujourd’hui, à l’école Estienne, des jeunes veulent prendre le relais et devenir dessinateurs de presse. Très bien ! Quand on voit cette belle initiative, on ne peut qu’applaudir à deux mains, parce qu’à une main, on aurait l’air con.

Dans toutes les écoles de journalisme, de futurs journalistes devraient faire en sorte que les futures cartes de presse n’aient pas à rougir de quelque compromission que ce soit, ce serait devenir des chiens de garde, des laquais et je ne parle pas de laquer des connards qui continuent d’insulter la liberté de la presse, on est assez pressé comme ça dans les médias avec l’Agence France Presque qui annonce la mort de Martin Bouygues avant qu’il ne trépasse. Mais un foirage tragique à l’AFP s’est fini par deux morts toujours vivants.

ob_c5e6b7_b-1makrxaaa1javLa presse doit être dicible, pas représenter dix cibles, ou 12 comme on l’a déjà connu… Des cibles pour assassins, ou depuis quelques jours, des cibles à polémiques qui décrédibilisent.

La volonté de la presse doit devenir un statut de la liberté, doit être un point d’arrêt public pour toutes les affaires d’état, et il y en a des tas, justement, pour faire bouger la république. Il faut l’Honoré avant qu’il n’y ait Cabu, ou qu’abus contre la liberté.

Donc à bientôt à Caen, pour presser la terreur, faire une autre union sacrée. Bon, une union sera bien même si elle n’est pas sacrée, faut pas déconner quand même ! et haut les coeurs ! céder à la tristesse serait délétère !

 

——

illustration en couverture : 100 dessins de Cartooning for peace  : pour la liberté de la presse

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Tags: , , , , , , , , , , ,


À propos de l'auteur

Chef de projet Digital, Social Media Manager, disciple de Bacchus



One Response to Dessin de presse : Caen on n’a que la peur

  1. Pingback: Le Comptoir Digital [Les podcasts de Mars] - Comm' des Mots

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Back to Top ↑
  • Le Mouton Numérique, blog partenaire

    humanisme numerique mouton transhumanisme
  • Les Chatons d’Or – Blog partenaire

    Les Chatons d’Or – Blog partenaire
  • Suivez-moi sur Twitter

    Suivez-moi sur Twitter

    Suivez-moi sur Twitter


var _gaq = _gaq || []; _gaq.push(['_setAccount', 'UA-44493253-1']); _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();