Points de Vue tg mktg

Publié le 1 octobre, 2013 | par Laurent Lacour

1

Digital Marketing : Tout est oueb (mais pas que) !

Alors, une vision prospective du « digital » en 2014…

Je ne pense humblement pas être le mieux placé pour traiter de ce sujet donc je vais jouer les mauvais élèves et vais vous dresser le paysage de mon point de vue. Ce point de vue sera très orienté marketing, of course (voir ma bio). Peut-être que ça donnera une lecture alternative des articles traitant vraiment du sujet proposé par notre hôte…

Au commencement était le « digital »… [Selon Monsieur Larousse] Digital, adjectif (latin digitalis, de digitus, doigt) : qui appartient aux doigts. C’est pourquoi, même si Monsieur Larousse s’est récemment mis à la page avec cette variante (américain digital, de digit) : synonyme de numérique ; je m’en tiendrai à « numérique ». Ça commence bien…

D’ailleurs, plus généralement lorsque l’on évoque le numérique, cela fait bien longtemps que l’on ne pense plus au système d’écriture binaire 0/1 et vice versa !

On sous-entend le World Wide Web, la toile, le grand oueb, cette vaste contrée où l’on peut essayer de tout dire, de tout faire en toute liberté… : le nouveau far-west que d’aucuns ont assimilé à un nouvel Eldorado ; il n’y avait qu’un pas, certes, qui a plongé certains dans un gouffre… Nous ne raconterons pas ici l’histoire qui a été si bien narrée par notre ami Antoine Dubuquoy (et son complice Nico Prat) dans « Les miscellanées d’internet« que je vous le conseille ; c’est très bon.

Non, je voudrais juste vous livrer ma vision du numérique et ainsi démystifier le pays d’Oz. Certes, en un peu plus de 15 ans, internet a révolutionné notre manière de vivre et notre manière d’aborder, de comprendre et de faire du business. Internet a fait bouger les lignes. Toutes les lignes, les limites et même aboli les frontières.

 tg mktg

Mais finalement, regardons les choses en face.

Du point de vue « user » :

• Tu peux échanger avec (presque) n’importe qui, n’importe où, n’importe quand et n’importe comment (écriture, voix, visio)

• Tu peux acheter (presque) n’importe quoi, n’importe où, à n’importe qui (mais prudence !)

• Tu peux écouter, lire, visionner tout et n’importe quoi, n’importe où et n’importe quand (c’est pareil, prudence !)

Du point de vue « business » :

• Tu peux échanger avec (presque) n’importe qui, n’importe  où, n’importe quand et n’importe comment (écriture, voix, visio)

• Tu peux (essayer de) vendre (presque) n’importe quoi,  n’importe où, à n’importe qui

• Tu peux diffuser tout et n’importe quoi, n’importe où et n’importe quand. Mais toujours avec prudence…

Internet est à la fois LE média universel et LE plus grand hypermarché du monde. Je serais même tenté d’écrire, si je ne craignais le courroux d’éminents spécialistes : ni plus, ni moins.

Et ce monstre tentaculaire, que nous avons tous contribué à créer, répond aux mêmes exigences, aux mêmes droits et devoirs que le monde que nous avons connu (ou pas !) jusqu’en 1990 ; ce monde que nous appelons dorénavant IRL ! Et à bien y regarder, c’est exactement ce qui se produit. On fait sur internet les mêmes choses que l’on fait IRL. On regarde les infos, on lit le journal, on écoute de la musique, on achète, on vend, on travaille, on s’amuse, etc.

Parfois même, on double ! Mais comme on l’a finalement toujours fait : on peut lire le journal et se coller devant le JT, ça n’a jamais gêné ni choqué personne ! Ce n’est pas pour rien d’ailleurs si au royaume du ROI émergent, de manière brutale mais finalement logique, des pratiques difficilement mesurables et quantifiables comme le « ROPO » ou « showrooming inversé » (celui-ci est extra ! Je l’adore !)…

Ces pratiques, tout d’abord subies par le monde numérique,font aujourd’hui l’objet de nombre d’articles et autres études. Donc, d’une certaine reconnaissance. Et pourquoi ? Parce que derrière chaque écran et chaque clavier, il y a un individu fait de chair et d’os.

Un individu unique, plus ou moins maître de son libre-arbitre, mais avec des goûts, des besoins et des envies qui lui sont propres : personne ne peut remplir la pyramide de Maslow de son voisin, au delà du générique. Malgré tout, ces farouches défenseurs du ROI, du CPM, du CPC et autre CTA passent leur temps à mesurer et surtout à tester… Oui, tout le monde dit que la « pub online » n’est pas très chère. Ce n’est pas faux.

C’est d’ailleurs tellement pas cher que l’on investit souvent « peu » : 5 K€ par ci ou par là… Et si les résultats, les KPI ne sont pas au rendez-vous ? Pas grave, on va rectifier… C’était un test… Blabla blabla…Zéro conviction, zéro engagement. En fait, presque zéro professionnalisme. On ne fait plus de marketing (peut-être ne sait-on plus ?), on fait du web. Génial.

En définitive, l’histoire est assez simple : on pense que les marketeurs d’hier sont des dinosaures mais on ne sait pas véritablement les remplacer. On dit le « offline » est très cher mais on n’a pas trouvé par quoi le remplacer, en tout cas vs certains objectifs. Et toujours pourquoi ? Parce que l’on a anticipé des choses que le consommateur n’a pas suivies et n’est pas prêt à suivre.

Mais le vrai patron, c’est lui. Le consommateur.Et les idées, alors ? Parce qu’en vérité, la clé, la solution, le Graal… c’est bien ça : l’intelligence, la créativité… humaines.

Je conclurai par une citation que j’utilise (trop ?) souvent de Clive Sirkin (CMO de Kimberly Clark) : ‘We don’t believe in digital marketing. We believe in marketing in a digital world, and there’s a huge difference.’

clive sirkin

Et comme j’aime bien me référer à ceux qui ont démontré qu’une bonne idée reste une bonne idée, sur internet ou ailleurs, je vous fais partager cette « maxime » de Jeff Bezos : « En inventant, on perturbe le marché et on l’oblige à s’adapter à nous ». Et là, pas de digital, de numérique ou d’internet qui tiennent… Tu es bon où tu ne l’es pas. Dot.

Laurent Lacour

Laurent Lacour

MarCom manager.

Parcours agences/annonceurs, + 20 ans d’expérience, créatif & rationnel, couteau suisse & mouton à 5 pattes, multi-secteurs, multi-supports, multi-canaux.

Tags: , , , , ,


À propos de l'auteur



One Response to Digital Marketing : Tout est oueb (mais pas que) !

  1. Pingback: Le marketing digital n’existe pas. | Matthieu & Dufour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Back to Top ↑

  • Les Chatons d’Or – Blog partenaire

    Les Chatons d’Or – Blog partenaire
  • Le Comptoir Digital / 93.9 FM

    Le Comptoir Digital / 93.9 FM
  • Suivez-moi sur Twitter


var _gaq = _gaq || []; _gaq.push(['_setAccount', 'UA-44493253-1']); _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();