médias FS1

Publié le 24 juillet, 2012 | par Stéphane Favereaux

0

Choses vues : la fin de France Soir

La sentence tombe le 23 juillet : France Soir, quotidien historique français, se voit mis en liquidation judiciaire par le Tribunal de Commerce de Paris. Dominique de Montalvon en parle fort bien : le terminus !

Créé par Pierre Lazareff, et devenu un pure player depuis décembre 2011, les 49 employés, dont 42 journalistes, voient leur avenir s’assombrir. Et ce titre sera dépecé aux enchères : matériel, archives, marque, nom… triste fin.

Ce que je vais relater ici n’est qu’un point de vue, cet article, comme on le dit sur Twitter n’engage que moi.

Chronique d’une fin annoncée

Je fus, en février dernier, à moins que ce ne soit en mars, reçu par les équipes marketing / communication du journal qui recherchait alors un profil rédacteur / social média manager / community manager.

Le but : développer, évidemment, les interactions entre France Soir et sa communauté sur le site où les réactions étaient nombreuses, mais au-delà, sur les réseaux sociaux, Facebook et Twitter où les communautés n’étaient que fort peu engagées malgré le nombre intéressant de follows, et où la stratégie de contenus était à revoir de A à Z.

Telle fut ma proposition : poser une nouvelle stratégie réseaux, intégrer de l’innovation alors que le lectorat, selon leurs chiffres, rajeunissait, entrer en conversation avec les membres des différentes communautés, identifier des ambassadeurs en région pour en faire des porte-parole… et j’en passe… le but à l’évidence : jouer à fond la carte du Pure Player, faire vivre pleinement le titre sur les réseaux et le dépoussiérer de sa vieille image… Lui racheter, en quelques sorte, une nouvelle jeunesse…

Les personnes m’ayant reçu avaient l’air a priori enjouées… plus du côté communication que marketing, d’ailleurs…

Pierre Lazareff, le fondateur (http://presse-paris.univ-paris1.fr/spip.php?rubrique39)

Ceci explique cela !

La réponse ne manquait pas d’à propos et d’honnêteté, on ne peut le leur reprocher. Loin de moi l’envie de penser que ce que je vais relater était le seul axe développé par mes interlocuteurs et interlocutrices, mais l’idée que l’on peut s’en faire donne des clés de compréhension à verser au dossier.

Un lectorat vieillissant qui, bien que tendant à se rajeunir, avait encore du mal, faute de présence sur le web, à interagir avec le journal…

Un défaut de contenus engageant….

Un taulier, Alexandre Pougatchev, fils du milliardaire Russe Sergueï Pougatchev, qui avait en tête des idées de grandeur mais en « bon financier » avait aussi des objectifs de rentabilité… et nous savons tous à quel point la rentabilité des Pure Players est sujette à de multiples interrogations.

75 Millions d’€ injectés dans le titre sans compter les aides publiques… Un lancement en grandes pompes qui devinrent vite funèbres.

Et mes interlocuteurs de m’annoncer la couleur : les objectifs du plan Social Média dont les moyens étaient, comme souvent, réduits à minima, étaient avant tout des objectifs en termes de chiffres : augmenter le nombre de followers, de likes, d’interactions… Du quanti, du quanti, du quanti… et l’aveu de tomber : « on est soumis à ces objectifs chiffrés et rapides »… Pas étonnant. Compréhensible, normal, mais…

Quand la Presse doit engager

Un Pure Player qui veut faire dans le quanti avec comme seconde priorité le quali prend un risque : celui de perdre son âme, son image… Bien sûr la presse on line doit trouver son modèle économique. Aucun ne se montre à ce jour parfait. Cependant, que l’on assigne au Social Media Management des objectifs presque uniquement chiffrés et intenables globalement reste incompréhensible.

France Soir, comme tous les titres Pure Players, devait s’engager auprès des lecteurs, de ses communautés, les impliquer, converser avec eux… et ce job était réduit à la portion congrue pour ne pas dire inexistante en dehors du site ! Mais les communautés ne doivent pas rester cloitrer faute de quoi la socialisation perd tout son sens. Le progrès fut certain après le recrutement d’un autre candidat (à la vue de la situation du journal, je ne regrette pas de ne pas avoir été retenu), mais entre la volonté des dirigeants et les possibles Social Média pour un titre dont l’image posait encore problème, il demeurait un hiatus.

Ce hiatus est une des multiples pistes d’explication qui amène aujourd’hui ce titre à disparaître. La rédaction était formée à la rédaction web, les journalistes faisaient bien leur boulot, les bonnes volontés existaient… mais les financiers s’en tamponnent si la rentabilité immédiate n’est pas au détour d’un très court chemin… (décembre 2011 – juillet 2012).

Quand la Presse doit engager

Quand la presse doit engager : engager sa communauté, des personnes dédiées et totalement en phase avec les réseaux sociaux, engager les moyens financiers pour réussir, engager une réflexion sur son modèle économique… il y a tant à faire pour la presse papier et les pure players… Quand on s’en donne les moyens et non quand on lui donne les moyens à très court terme.

La mort d’un titre de presse, quel qu’il soit, est toujours un gâchis monstrueux pour la pluralité de l’info, pour la diversité des lectorats, pour la liberté d’informer… France Soir en est encore un exemple… et j’ai peur que ce ne soit pas le dernier sur la liste de ce carnet de bal sordide.

Tags: , , , , , , , ,


À propos de l'auteur



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Back to Top ↑

  • Les Chatons d’Or – Blog partenaire

    Les Chatons d’Or – Blog partenaire
  • Le Comptoir Digital / 93.9 FM

    Le Comptoir Digital / 93.9 FM
  • Suivez-moi sur Twitter


var _gaq = _gaq || []; _gaq.push(['_setAccount', 'UA-44493253-1']); _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();