Points de Vue 6a00d8354962de53ef0120a6b5da94970b-350wi

Publié le 18 novembre, 2011 | par Stéphane Favereaux

0

Highway To Vinasse

Alors que les lendemains difficiles rappellent comme tous les ans aux festifs enjoués que le Beaujolais Nouveau est au vin ce que Mac Do est à la gastronomie française, alors que dans les open spaces, les bureaux, les salles de cours, les cachets contre les maux de tête distillent leur petit bruit d’effervescence délicate dans les verres, il me vient comme une envie de partager, une fois n’est pas coutume, mon énervement face à cet acharnement viti-vinicole.

Loin de moi l’idée de défendre uniquement le terroir qui me vit voici quelques années intronisé, puisque je suis Entonneur Rabelaisien, amoureux du Chinon, mais il convient parfois de se rendre à l’évidence. Il m’amuse de rencontrer sur les TimeLine l’unité nationale consistant à reconnaître que le Beaujolais Nouveau oscille entre l’insulte gustative et l’hérésie pinardesque… Pourtant, les bars, bistrots, bouchons, troquets, restaurants, bruisseront ce soir de ce bruit sourd, étouffé par les portes closes, des verres de Beaujolpif qui s’entrechoquent, des rires enivrés, des tranches de saucisson ingurgitées…

Fichu paradoxe, vous en conviendrez ! Une grande partie de la population céderait-elle aux sirènes des mauvaises campagnes bien marketées nous invitant à glouglouter des godets de cet infamie ? Les marketeurs terroir des agences de pub auraient-elles compris de longue date comment nous amener à aller vider force flacons dans les estaminets menant grand train et déversant maints cubis d’ignominie ?

Du jus de treille au picrate qui tache

Alors que le terroir français étale sous nos palais ébahis et sur nos papilles gustatives ses splendeurs, qu’il s’agisse de vins de Loire, de Bourgogne, de Bordeaux, de Côtes du Rhône, d’Alsace, on se réduit parfois à obéir à de viles pulsions mercantiles dans une communion hérétique où le mauvais goût dispute son indigence à des tendances masochistes visant à brûler notre envie de défendre un vrai bon pinard ! Certes, l’un peut vivre aux côtés de l’autre, mais il appert qu’il existe des limites.  Comment peut-on absorber en flots sereins cet ersatz ?

Alors, sans avoir cédé à la tendance consumériste des têtes de gondole, une lampée de Beaujolais nouveau me rappellera ce soir une fois encore à quel point j’aime les bons vins, donc pas le Beaujolpif de bas étage au vieux goût de « pas fini », mal élevé, pas élevé… au goût de scandale viti-vinicole… Cette insulte à la culture viticole française s’avérait comme chaque année peu ragoûtante….  Alors qu’un Chinon (ça y est, je craque et défends ma Confrérie)  s’offre à nous fin, délicat, gracieusement fruité, avec des tanins très légers, bien répartis, un alcool fondu, très peu présent, une grâce superbe et longue en bouche, un palais long et au bon goût d’un terroir marqué par une identité !

 

Bien sûr, de temps à autre, il faut savoir se réunir en vertu du bon vieux lâcher-prise, bien sûr, il faut savoir mettre l’exigence de côté et ne pas trépasser dans l’idiotie et l’ignorance, on laissera ça aux intégristes de toutes les obédiences, mais force est d’avouer que chaque année, le même manège tourne à nouveau… Ici, le Touraine Primeur qui n’a rien à envier au Beaujolais, son devancier marketing, là, le Beaujolais… et il me semble que tout est dit !

Quelques délicats cavistes, chaque année plus nombreux, savent encore vous faire déguster des vrais Beaujolais, des Beaujolais village, des vieilles vignes, des vins parfaitement bien élevés, amoureusement, par des viticulteurs ne se contentant pas de refiler à la coopérative locale et à l’assembleur en subversion pinardesque leur jus de raisin immonde. Il faut absolument retrouver ces perles aimant les produits qu’il vendent.

Le Beaujolais nouveau devrait être interdit !! Il fait plus de mal au vin et à la tête de tout autre chose !! ou alors, à vendre en tetra pak uniquement avec 4 étoiles dessus !

Principe de vie final : le Beaujolais, il ne passera plus par moi !

A bon entendeur !

Tags: , , , , , ,


À propos de l'auteur



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Back to Top ↑

  • Les Chatons d’Or – Blog partenaire

    Les Chatons d’Or – Blog partenaire
  • Le Comptoir Digital / 93.9 FM

    Le Comptoir Digital / 93.9 FM
  • Suivez-moi sur Twitter


var _gaq = _gaq || []; _gaq.push(['_setAccount', 'UA-44493253-1']); _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();