éducation 5602352541_45f37843ba

Publié le 8 juillet, 2011 | par Stéphane Favereaux

0

Les rythmes scolaires 1/2

Quand d’un seul coup d’un seul apparaît le 875ème rapport sur les rythmes scolaires pour l’année 2011 tendant à dire que, comme souvent, c’est mieux ailleurs (quand ailleurs, ils disent aussi c’est mieux là-bas), que c’était mieux avant (mais avant, on n’en veux plus alors on regarde ailleurs ce qu’ils appliquent avant parce qu’avant pour nous, c’est maintenant pour eux), ou encore qu’on devrait faire comme eux, là-bas (des spécialistes du rythme de là-bas en témoignent, d’ailleurs, là-bas, il en sont revenus de leur rythmes et ont privilégié le modèle d’ailleurs)…

Bref, quand on essaie de justifier une incapacité flagrante à mettre en place des rythmes scolaires pertinents, on fait tout et son contraire en même temps, on bâtit pour tout fiche en l’air 5 ans après (i. e. la semaine des 4 jours)… On se fait plaisir, au cas où quelque chose, par hasard, marcherait…

Le problème majeur depuis quelques décennies, c’est que l’école est devenue une variable d’ajustement économique. Il est devenu impossible de gérer l’éducation si essentielle de façon presque autonome, tant les parents veulent se barrer en week–end et découvrir avec de grands yeux vides d’émerveillement pour la 18ème année consécutive le camping de Royan et le bloc sanitaire num. 2 de l’aire de camping-car de Juvisy.

Certes je caricature (à peine), mais les acteurs entrant en jeu dans ce débat des rythmes scolaire sont nombreux : acteurs du tourisme en général, les syndicats, les parents d’élèves, les chronobiologistes, les syndicats, les psychologues, les syndicats, les restaurateurs industriels, les syndicats, les gamins exigeants, les syndicats de gamins exigeants (qui à dit FIDL et UNL ?), et j’en passe… et les syndicats.

WTF ?

Alors pourquoi sans cesse changer les rythmes scolaires ? Pour contenter les acteurs économiques ? Dans l’intérêt des moufflets ? Pour améliorer les performances scolaires des élèves ? Non, je déconne… pas en démocratie, voyons.

La modification des calendriers, des rythmes, de la répartition de temps de présence en classe et en étude, impliquent beaucoup plus de choses que ce que TF1 n’en a dit, normal… et à mon sens d’autres dominantes n’ont pas été abordées…

Il peut paraître intéressant de vouloir appliquer le modèle allemand, mais on sait que, économiquement, c’est une aberration pour les femmes qui veulent travailler, celle-ci étant contraintes par les horaires scolaires et malheureusement, elles restent traditionnellement en charge des transports ou de la garde des enfants après l’école…

Il peut paraître intéressant de vouloir faire en sorte que les mômes n’aient pas de devoirs à faire en rentrant chez eux le soir, mais quid alors de l’autonomisation si le gamin est 100 % de son temps encadré à l’école ?

Il peut paraître intéressant de les faire travailler le samedi matin, mais on sait que les absences pour cause de week-end risquent de plomber l’histoire…ou que les acteurs du tourisme feront la gueule…

So what ?

Sans jouer au nostalgique et à « c’était mieux avant », « j’en ai chié à mon époque et tout va bien »… on peut malgré tout reconnaître que des générations de moutards dans les communales n’ont pas toujours eu tous les week-ends et mercredis (ou jeudis à l’époque)… Et pourtant, tous ne sont pas suivis par des psys pour désordres mentaux et émotionnels dus à ½ heure de cours en trop dans la journée !

Sans jouer au nostalgique, il existe une autre façon d’aborder le problème des rythmes scolaires qui n’a pas été envisagée, du moins ne l’ai-je pas croisée, dans les médias.

Et, sans vouloir les accuser de tous les maux, si on parlait des profs ? Qui de l’apprentissage et de la formation des profs, quand, dans une école normale, un futur enseignant passait près des trois-quarts de son temps à apprendre sa matière et que dans un IUFM (certes récemment réformés), ce temps est réduit à moins d’un tiers, un hiatus apparaît.

Des mômes de plus en plus difficiles à canaliser face à des enseignants de moins en moins experts dans leur matière, il est à craindre que le prof n’ait son petit cul assis sur une poudrière à la première question pénible ! De plus, les IUFM ont été trop longtemps offerts aux psychopédagogues… Et que se passe-t-il dans nombre de classes, avec des étudiants bientôt profs parfois mal formés, mal préparés à affronter 30 mômes en furie ?

Sans compter qu’un enfant pour les IUFM-istes n’existe pas, on lui préfère un « apprenant », qu’un parent d’élève devient un « géniteur d’apprenant » ou encore qu’un ballon de foot devient un « référentiel bondissant »…. No comment sur cette diarrhée logorrhéique insignifiante et grotesque faisant de l’enfant un non-être ou une donnée statistique.

Que se passe-t-il donc, dans ces classes ? On « psychologise » des enfants allant très bien mais ayant peut-être simplement besoin d’une attention que l’Education Nationale ne peut pas (plus) leur donner faute de personnels suffisants, faute de profs en nombre suffisant. La faute incombe aussi à un taux d’encadrement délirant…

Tout échec d’un enfant devient désordre psychologique, problème orthoptique, dyslexique, dysorthographique, lié à une hyperactivité (Il n’y a jamais eu autant de mômes sous ritaline aussi jeune que depuis ces vingt dernières années).

On ne se dédouane pas de l’échec pédagogique ou éducationnel en détruisant un enfant normal pour en faire un cas pathologique.

(A suivre)

Illustrations CC :

http://www.flickr.com/photos/yannickgar/5602352541/

http://www.flickr.com/photos/alainbachellier/155006723/

Tags: , , , , , , , , , ,


À propos de l'auteur



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Back to Top ↑

  • Les Chatons d’Or – Blog partenaire

    Les Chatons d’Or – Blog partenaire
  • Le Comptoir Digital / 93.9 FM

    Le Comptoir Digital / 93.9 FM
  • Suivez-moi sur Twitter


var _gaq = _gaq || []; _gaq.push(['_setAccount', 'UA-44493253-1']); _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();