médias haut_bloc_gauche

Publié le 1 juillet, 2011 | par Stéphane Favereaux

1

Hurler avec la meute ou le nouveau journalisme

Je suis attachée de presse depuis un peu plus d’une décennie et jusqu’ici j’ai toujours admiré les journalistes. Pourtant depuis un mois je m’étonne de voir certaines pratiques oubliées et d’autres se confirmer. Certes l’arrivée du web a perturbé la traditionnelle et néanmoins nécessaire vérification des faits avant publication. Puisqu’aujourd’hui la course est à celui qui postera son article en premier, la véracité de l’information passe au second plan, son intérêt aussi, la toile est tellement grande. Et puis sur le web, l’ajustement des faits et des termes permet à posteriori des corrections, des retraits aussi ; Cela se pratique couramment, sorte de typex virtuel. Nettement moins compliquer que de stopper une imprimerie ou rappeler tous les NMPP !! Alors on se lâche et surtout on se suit.

Pour moi un journaliste c’est d’abord quelqu’un qui creuse une information, la traite, la vérifie, la re-vérifie même parfois et publie ensuite. S’il est bon, il peut même mettre en perspective cette information avec un marché, l’histoire ou simplement d’autre faits, afin d’éclairer encore la donnée. Copié-collé les tabloïds américains, c’est pas du journalisme ! Et quand le NYT écrit au conditionnel, le minimum c’est de copier le même de conjugaison. Idem si c’est au présent je supporte de plus en plus mal les approximations. Voilà c’est dit, je suis tellement déçue par des bancs entiers de poissons que je vais finir par être fière d’être un petit oiseau des îles…. Remarquez et pourquoi pas ?

Parce que quand même, si désormais sourcer un article revient à copier-coller un URL et qu’avec ça, le tour est joué pour propager la pire crise médiatique de la cinquième République. Ce n’était pas la peine de faire des études pour jouer à Jaccadi ! Quand le confrère raconte une connerie, la répéter à l’infini est indigne du métier. Tiens, comme ce récent toutou soit disant lapidé par des rabbins en Israël. Une fois le hoax découvert, il n’y a pas eu 70 erratum de publier, malgré les 70 articles mensongers. Bon je passe volontairement dans l’affaire DSK, toutes les répercussions sur les réseaux sociaux, qui se propagent à la vitesse de la lumière et s’oublient aussi sec. J’ai déjà évité un ulcère de justesse à cause de cette dérive, je ne vais pas emmerder mon curly.

Depuis le début de l’affaire DSK, ces nouvelles pratiques ont déjà montré leurs limites : à coup d’infos, contre-infos, sur infos, pseudo plateaux, invités mégalos, débats démago, j’ai pris la tête à toto ! Jamais vu d’instrument de manipulation de l’opinion publique aussi vaste. Tout le monde a crié au loup, oui quasiment tous les média ont mis de coté la présomption d’innocence et aujourd’hui parce que le NYT révèle des infos éventuelles du proc, nos média doutent ? Ah là là j’ai pas fini de tomber de mon arbre !! Ceux qui n’avaient jamais rien dit ou seulement moquer DSK vont hurler désormais, ON LE SAVAIT !! Moi qui pensait que douter faisait parfois avancer, y’en a tellement qui devrait relire Descartes.  Les féministes sont descendues dans la rue illico presto, la droite a parlé de morale et d’honneur de la France, pendant que les libertins étaient guillotinés. Sublime. Enfin les amis de DSK se sont faits lynchés sur la place publique pour leur soutien jugé aveugle et je ne parle même pas de sa famille, de sa femme, qui jamais ne s’en remettra quoiqu’il ressorte de ce procès.

Alors je ne sais toujours pas moi si DSK a commis ce viol ou pas, et personne ne le sait à cette heure où j’écris. La justice américaine fera la lumière, patientons. Mais je sais déjà que cette mode d’hurler avec la meute, me donne la gerbe. Que lorsqu’on s’oppose aux loups, on devient immédiatement le vilain petit canard à abattre… Sauf que moi je suis un oiseau des îles, libre comme l’air.

Elodie

De plus, être libre implique que l’on sache user de cette liberté. Visiblement, ce n’est pas un credo très répandu chez les gratte-papier ou les gratte-tweets qui se sont permis de s’enfermer dans un absolu.

Cet absolu, presque délirant, c’était celui d’être le premier, tout le monde veut être l’influenceur, être celui qui sera le plus relayé sur les réseaux sociaux, les Facebook et autres Twitter… Mais je ne sache pas que l’on gagne un prix Pulitzer en informant à coup « d’articles » nauséabonds de 140 signes.

Une URL n’est pas une information, une information ne se limite pas à une URL, une information n’est pas que rumeur, bruits de couloir et autres ragots infamants. A l’époque du suicide de Bérégovoy, Mitterrand, au bord des larmes, regrettait que l’on jetât aux chiens l’honneur d’un homme. Dans son viseur : François Léotard et une partie de la presse pourrie (ce qui frôle toujours plus le pléonasme.).

Ne faut-il pas apprendre dorénavant dans les écoles de journalisme que lorsque l’on veut se hisser au niveau supérieur de compétence, on doit passer justement par la démonstration de la compétence et non pas monter sur un cadavre ou tirer sur l’ambulance d’un homme à terre, en l’occurrence DSK ?

Pour en revenir à la liberté, elle se doit d’être utilisée à juste titre pour informer, démontrer, expliquer, recouper, analyser, pas pour affirmer dans un présent d’information un conditionnel factuel. La liberté ne s’use que si l’on ne s’en sert pas… Les hurleurs, politiques et journalistes, ne s’en servent plus.

Les premiers essaient de sa gargariser de quelques frayeurs infantiles et grotesques pour passer sur BFM, ils raclent les égouts et, les trémolos dans la voix, s’indignent et pensent faire œuvre publique… (J’ai une pensée non émue pour le pire d’entre eux, Bernard Debré) ; les seconds copient-collent les 140 signes d’insignifiance. 140 signes ne font sens que si l’on prend du temps. 140 signes ne font sens que si l’on est capable de faire son boulot, pas de s’en contenter.

Le 14 mai, un chœur malsain s’évertuait à achever DSK, le 1er juillet, un chœur salvateur lui redonne son hymen politique. Après avoir assassiné une réputation, les mêmes voix s’élèvent et jouent les vierges effarouchées, tout sourire dehors, faisant de DSK le sauveur du PS, la pauvre victime d’une vilaine femme adossé à quelque truand.

Les féministes aujourd’hui ont l’air renfrognées, les Debré et consort poursuivent l’offensive, Aubry fait la gueule, Hollande commence à ne plus trop moufter, Lagarde fait péter le champagne, elle a son poste, la pionne de Sarkozy, Carla risque la fausse couche, Sarkozy se fout d’une agression parfaite pour son plan de communication et ne porte pas plainte alors qu’il l’avait fait pour une pseudo insulte… et les journalistes remplissent les plateaux télé, les studios radios, les blogs, les pages web de vide, de ce rien qui fait sens parce que sur leur carte, il est écrit « Presse »…

Le NYT donne ce matin une leçon de journalisme, mais aussi rappelle à l’abjection des rédactions ce qu’est l’éthique, la déontologie, la liberté d’informer. Informer est un devoir et un droit. Ne pas informer est dangereux, liberticide, irresponsable.

Les enseignements à tirer de cette affaire, mais aussi de beaucoup d’autres en cours, seront nombreux. L’esprit de la presse ne sort pas grandi d’une affaire loin d’être terminée, dont on attend les répercussions internationales et nationales dans les heures, les jours qui viennent…

Le Net a fait évoluer le boulot des journalistes, mais évolution en l’occurrence n’est pas synonyme de progrès. N’en déplaise à la presse, mais quand on veut informer, on se doit d’être loyal.

S.F.

« 4 mains pour une voix », Elodie & Stéphane F.

Article également publié sur le Blog D’Elodie.

Tags: , , , , ,


À propos de l'auteur



One Response to Hurler avec la meute ou le nouveau journalisme

  1. Pingback: Hurler avec la meute ou le nouveau journalisme « Le Blog d'Elodie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Back to Top ↑

  • Les Chatons d’Or – Blog partenaire

    Les Chatons d’Or – Blog partenaire
  • Le Comptoir Digital / 93.9 FM

    Le Comptoir Digital / 93.9 FM
  • Suivez-moi sur Twitter


var _gaq = _gaq || []; _gaq.push(['_setAccount', 'UA-44493253-1']); _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();