politique Urne

Publié le 31 mars, 2011 | par Stéphane Favereaux

0

Union pour Miner la Présidentielle

Sans vouloir jouer les observateurs n’ayant rien à dire sur un plateau télé en me gargarisant des frayeurs puériles allant dans le sens d’un marketing de la peur de bas étage, il me semble parfois nécessaire de s’emporter…

Ce ne sera pas le premier post indigné de ce blog et ce ne sera sûrement pas le dernier. Au lendemain des cantonales, je me prends d’une envie assez conséquente de dire ce qui me vient en tête.

Marine… La République a touché le fond de la piscine dans son p’tit pull Marine…  Le sourire carnassier et vengeur… ce bras vengeur de la borgne hémisphérique cérébrale qui ne fait que donner un coup de verni dégueulasse sur le fascisme nauséabond paternel… le rictus tendu tel un fer que la République ne peut plus ni soutenir ni souffrir…  Et elle claironne fiérote de la poussée de ses troupes, de ses sbires… mais devant un taux d‘abstention tel que les pourcentages n’ont plus aucun sens.

Si la République est en danger, on le doit tout autant à la forte présence absente des abstentionnistes qu’à ces partis prétendument républicains aux pouvoirs régaliens devenant impériaux. Jamais une République n’avait autant reculé vers le Second Empire. Jamais Zola n’a été aussi proche de nous … et dans les assommoirs, les RSA se picolent en grattant un ticket de millionnaire ou en cochant les cases vide-cerveaux d’un billet d’Euro million…. Panem et Circenses…

Mitterrand avait donné au commun la fête de la musique pour contenter les bruiteurs de trottoirs, Lang le printemps des poètes pour dire aux intellectuels « on s’occupe de vous »…. Sarko donne à bouffer des opérations militaire visant à rétablir la paix en Libye…  de le centrale nucléaire qui va forcément nous péter à la gueule et un débat pitoyable autant qu’infondé sur le nucléaire et un autre sur l’islam… ou la laïcité, suivant le sens du vent opportuniste d’un droite en train de redevenir la plus bête du monde….

Napoléon IV est dangereux… j’avais déjà écris dans ce blog que ce manipulateur de symboles ferait péter la république…. Et il repart de plus belle pour ce faire.

Communauté et peurs

Manager par la peur, diriger par l’inquiétude, gouverner par des symboles ineptes offerts à une population tellement préoccupée à défendre le peu qu’il lui reste qu’elle ne prend plus le temps du recul critique, de l’analyse, de la résistance… On est résigné… A quand le désespoir ? A quand cette force qui foutra en l’air cette cinquième république moribonde et aussi démocratique fondamentalement que le Maroc ?

Nicolas ? « Quelqu’un que vous avez privé de tout n’est plus en votre pouvoir. Il est de nouveau entièrement libre. »(SOLJENITSYNE) Et que fais-tu actuellement si ce n’est priver les français de toute forme d’espoir ? Si ce n’est faire en sorte que cette population n’ait plus rien d’autre à faire que survivre ? Elle ne rêve plus… elle subit.

La population française subit l’insécurité que tu as contribuée avec bien d’autres à fabriquer, de même que tu le fis avec la précarité que tu aimes tant, l’instabilité qui te sied… et que leur offres-tu ?

La peur. Rien d’autre. La peur de l’autre : l’arabe, le noir, le polak, le juif, le pas d’chez  nous… la peur de la religion érigée en pensée forcément intégriste dans les médias qui te servent la soupe… La peur inhérente à des débats imbéciles : fermer les centrales nucléaires après un séisme cataclysmique au Japon… ce débat est idiot au possible. Infondé. Oui, le risque existe d’un incident. Evidemment. Mais quid de la gestion bénéfice / risque dans ton absolutisme ? Rien.

Ce débat ne se fonde que sur une réponse communicationnelle et liée à ton  marketing politique. Tu dis à des gens que tu entretiens dans la peur ce qui les fait exister : le vide à défaut de vouloir leur donner de quoi se remplir intellectuellement. Oui, je t’accuse, toi et tes semblables de vider le cerveau des gens pour ne plus leur permettre de réfléchir, de s’opposer, de résister… Tu leur permets de regarder TF1 en filant aux mauvais bouffons de ta chaîne bétonneuse leurs « cerveaux disponibles »….  Rien d’autre !

La tâche des instituteurs, ces obscurs soldats de la civilisation, est de donner au peuple les moyens intellectuels de se révolter. (Louise Michel, Mémoires, 1886)

Il en va de même avec ton débat sur l’Islam… il devrait être un débat sur la laïcité qu’il faut absolument défendre. L’islam, tu le stigmatises avec ton Guaino, ton Guéant, grotesques marionnettes aux discours puant de médiocrité post-coloniale… A ton ministre Longuet, rédacteur du Discours fondateur du parti fasciste français en 1972… A ton Coppé, fidèle à lui-même et infidèle à la démocratie.

Mais la laïcité, tu l’as déjà mise à mal en faisant allégeance au Pape Benoit XVI en compagnie de l’insignifiance Bigard… et tu y es retourné seule avec l’italienne que tu devais épouser dans ton plan de communication….

La laïcité, celle de la loi de 1905, tu es en train de la tuer…  Tu es en train de tuer in fine les rêve de Jaurès, assassiné lui aussi, non loin de l’actuelle Bourse de Paris… symbole intéressant…

Et la suite ?

Aujourd’hui, au lendemain des cantonales remarquées par le plus fort taux abstention jamais enregistré depuis des décennies et le pont d’airain que tu fis au FN, tu t’es entichée de la blonde à tel point que tu as préféré ne pas faire réellement campagne comme toute bonne stratégie politique l’aurait exigé.

Ton absence hurlante dans ce non-débat à fait grimper en flèche les bras tendus du Front, et celui-là n’est pas de gauche…

Ton silence est coupable, ton absence d’instruction claire de vote est coupable, la consigne de Coppé est assassine. Tes voies ne t’appartiennent pas, c’est entendu. Mais les consignes de vote, le front républicain, eux, t’appartiennent moralement.  Serait-ce un aveu ? Un aveu d’échec de ta politique d’indigence nationale ? Un aveu de circonstance visant à finalement ameuter les foules républicaines face à un spectre nauséabond que tu récupéreras par quelques mesures frontistes et sécuritaires à outrance à l’orée des présidentielles ? J’en ai peur, c’est écrit, c’est gros, mais tout occupé à ton plan média et à Paris Match, tu penses que personne ne verra rien venir dans cette manipulation grotesque ? Ce ne sont plus des ficelles politiques dont tu uses, mais des cordes grossières, celle avec lesquelles tu enserres la politique française dans un non-choix, dans un absolu de résignation…  oseras-tu te présenter comme le rempart au front alors que tu lui refais son plumard comme jadis Mitterrand l’avait fait ? As-tu besoin des extrêmes pour exister ?

Serais-tu ce genre de politique qui ne peut tellement rien proposer que finalement il laisse faire les saloperies par les autres tout en montrant après qu’il est le sauveur de la République en danger ?  Tu es une honte absolue pour une classe politique en laquelle plus personne n’a confiance suite à l’utilisation de ce type de procédé infâme, face à une démocratie que tu utilises plutôt que tu ne la fais vivre…

Et en face… en face, on joue avec des petites querelles intestines… Ouh ! le vilain Nicolas… Ouh ! le méchant pas beau… et on propose quoi ? Un front de résistance ? Non… des manœuvres dilatoires montrant l’incapacité à mettre en place une réelle politique de résistance, ou simplement même d’opposition… Pourtant, l’histoire, les sociétés, à de nombreuses reprises ont montré que la résistance, ça marche… encore faut-il pour ça en avoir envie… Mais faut-il passer de la résignation au désespoir pour que les français décident de se mobiliser ? Faut-il en arriver à un point où plus personne n’aura rien à perdre ?

Faut-il en arriver à cette société, Nicolas, où seule l’arrogance extrême aura tellement détruit l’humain, l’humanisme qu’il ne restera plus rien ? Plus rien que ta Patek Philippe ? Plus rien que le fric ? Plus rien que le vide dans lequel l’absolutisme plonge les peuple pour les avoir à sa botte ?

Rendre une population vide, lui faire crever la dalle, ne plus la nourrir intellectuellement… lui fermer les yeux vers le rêve et la douceur, vers la quiétude et la tolérance, lui fermer les yeux face à l’espoir et la beauté, l’esthétique et le désir…. Un bon moyen d’en faire les vils parangons d’humains qu’ont toujours aimé les pouvoirs non démocratiques. Un bon moyen de museler les potentielles résistances.

Mais un jour, le jour où les peuples n’ont plus peur des politiques, le jour où le désespoir sera fort, tellement fort qu’il l’emportera sur tout, tellement fort qu’une balle de flingue n’effrayera plus, tellement fort que tout perdre ne sera rien tant que tout peut être reconstruit en mieux… ce jour là, la population gagnera sa liberté.

La liberté supprimée par ton arrogance irréfléchie sera regagnée… et là, ce sera à ton tour d’être face à un non-choix.

La tâche des instituteurs, ces obscurs soldats de la civilisation, est de donner au peuple les moyens intellectuels de se révolter. (Louise Michel, Mémoires, 1886)

Tags: , , , , , , , ,


À propos de l'auteur



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Back to Top ↑

  • Les Chatons d’Or – Blog partenaire

    Les Chatons d’Or – Blog partenaire
  • Le Comptoir Digital / 93.9 FM

    Le Comptoir Digital / 93.9 FM
  • Suivez-moi sur Twitter


var _gaq = _gaq || []; _gaq.push(['_setAccount', 'UA-44493253-1']); _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();