politique endwar-guerre-paris

Publié le 17 mars, 2011 | par Stéphane Favereaux

4

Paris sous les bombes

Grosse colère en Banlieue, ça explose, un peu partout en France. La marmite déborde, comme personne n’a prêté attention au sifflement, le bouchon saute et ca brûle… A Lyon et Marseille, même schémas : les quartiers aux péripheries s’embrasent à coup de jets de pierre, feux de poubelles et voitures incendiées.

Les magasins sont dévalisés, les vandalisations se comptent par milliers. A Paris on parle qu’un départ de feu chaque heure. Grosse panique chez les pompiers, tous les volontaires sont appelés. Les flics et la gendarmerie sont en état d’alerte maximale. ça dure depuis 5 jours déjà. Aux informations on ne dit plus rien de l’actualité à l’étranger…

Le Chef d’etat vient de décreter l’état d’urgence, on attend l’annonce d’un couvre feu, les gens ont peur que ça dégenère encore plus. Les jeunes en ont marre, ils hurlent leur ras le bol et cassent tout ce qui se trouve sur leurs chemins : supermarches, banques, tout. Les commissariats n’enregistrent plus les plaintes individuelles, les assureurs pensent à la faillite, au dépôt de bilan. Dans la rue on peut lire  » Pas de travail, pas d’argent, pas de vie sociale, pas de reconnaissance, pas d’espoir, pas d’avenir, ca doit finir !!  » ou encore « Aux Armes citoyens ! »

La spirale de l’isolement touche ses limites. Fallait pas créer des parcs sans attractions. La Banlieue met la societe française en échec. Face au mépris et à tous les prejugés encaissés pendant trente ans, la réponse à l’oubli généralisé est peut-etre criminelle, elle est surtout sans pitié. Les voies ferrées sont bloquées par endroit, les métros et les autoroutes aussi. Les média du monde entier débarquent à Paris, caméras aux poings. Ils filment, interprêtent et traduisent ce qu’ils comprennent de la situation, souvent sans parler francais. « Civil War » titre CNN pendant 3 jours de suite et puis soudain..
13:52 Département de la Seine Saint Denis. Ville de Bagnolet, Centre commercial Auchan Gallieni, 693 morts. Une bombe, une seule, venue du ciel…

Personne n’a rien compris, qu’est ce qui s’est passé ? Un attentat, un autre RER B, un Tati bis ??? Un coup de folie d’un banlieusard enragé ? Pas le moment de se poser trop de questions. C’est l’horreur, la panique. Les gens hurlent, pleurent, tremblent, suffoquent. Un petit garcon d’environ cinq ans essaie de réveiller sa mère, qui gît dans une flaque rouge. Un chien lèche son maître au sol. Il est coupé en deux, les jambes d’un côté, le tronc de l’autre.

13h 55 : Les bombent pleuvent… les corps épars jonchent les rues de la Seine-Saint-Denis, de la Place de la République devenue place de la Révolution. Le sang donne au pavé parisien une couleur de révolte, les débris humains parsèment la Seine, le Canal de l’Ourcq, et l’œil froid de la caméra saisit ces instants de douleur, de violence, de terreur. Cette terreur qui détruit les hommes, cette terreur gonflant ces femmes, ces hommes, ces enfants, de l’énergie du désespoir, cette terreur devenant folie, la folie de ceux qui n’ont plus rien, plus rien à perdre.

Ces français n’étaient plus rien, ils voulaient simplement devenir. Les bombardements les ont anéantis. En tout lieu de cette Capitale à feu et surtout à sang, les mères cherchent leurs enfants, espérant les retrouver en vie, mais les espoirs sont souvent déçus. Les larmes font couler le sang sur leurs joues creusées par la douleur. Le sang séché marque les vêtements en lambeaux de ces hommes tentant de retrouver des forces pour poursuivre la lutte. Les explosions finissent de détruire l’espoir, finissent de détruire les hommes… tous les hommes.

Les forces armées américaines décident d’intervenir pour le retour de l’ordre public, pour la fin du couvre feu, et surtout pour restaurer les droits de l’Homme, l’état français a dû plier.

Extrait du flash info sur CNN : « Depuis trois jours, des scènes d’émeutes se déroulent dans les rue de Paris et des autres grandes villes de banlieue que sont Marseille et Lyon. Les forces françaises n’ont rien pu faire face à cette situation que personne n’avait vu venir, tout occupé qu’était l’Elysée à essayer d’avoir une politique étrangère digne et a réélire son chef. L’armée américaine, forte de son droit d’ingérence, forte de sa volonté absolue de défendre les droits de l’Homme, intervient actuellement pour restaurer l’ordre dans ce pays où plus aucune institution ne fonctionne selon les règles démocratiques, où tout doit se plier au culte du chef ».

Les gens dans la rue sont hagards, les visages tuméfiés et fermés, les regards pris de panique face aux étals vides des supermarchés, aux voitures renversées, aux rues dépavés, aux institutions en flamme. Le Président Français n’a pas failli à la réputation de va-t-en-guerre des occupant du palais présidentiel comme d’aucun l’avait souhaité lors de la Révolution Libyenne de février et mars 2011. N’ayant pu servir la soupe aux marchands de canons, il finit par s’en servir et tire sur le peuple français. La France se demande aujourd’hui comment se débarrasser de cet individu devenu plus que gênant sur la scène politique internationale.

La population française, une troisième fois après les deux guerres mondiales, salue ce qui commence à devenir une victoire sur un occupant ayant voulu tirer vers le bas en général (et vers le haut à son profit impérial en particulier) le dirigeant d’un pays respecté partout dans le monde. Mais les Lumières de Voltaire s’étaient éteintes aux dépens de l’ombre

totalitariste affairiste. La France sera-t-elle capable de retrouver sa grandeur ?

——

Article à 4 mains publié également sur http://diteselo.wordpress.com/2011/03/17/paris-sous-les-bombes/ le Blog D’Elodie L.

illustration issue de http://www.italiq-expos.com/blog-shopping/2008/06/06/1391-tom-clancy-s-end-war

Tags: , , , , ,


À propos de l'auteur



4 Responses to Paris sous les bombes

  1. Pingback: Paris sous les bombes « Le Blog d'Elodie

  2. tray says:

    Très bon! ca fait froid dans le dos

  3. berdichevski says:

    excellent c’est tellement vrai

  4. Praveen says:

    6 des 10 mellieurs écoles de commerces dans le monde sont françaises.La 1ere université française est dans les 140eDonner les semestres sans les validés et surtout sans avoir suivis un seul enseignement n’est surement pas la solution pour faire remonter les universités dans ce classement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Back to Top ↑

  • Les Chatons d’Or – Blog partenaire

    Les Chatons d’Or – Blog partenaire
  • Le Comptoir Digital / 93.9 FM

    Le Comptoir Digital / 93.9 FM
  • Suivez-moi sur Twitter


var _gaq = _gaq || []; _gaq.push(['_setAccount', 'UA-44493253-1']); _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();