Coups d'éclat loppsi-et-internet.1300436560.thumbnail

Publié le 10 mars, 2010 | par Stéphane Favereaux

0

Hadopi : nouveaux Pirates bienvenus !

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

 

Si dimanche dernier fut un jour sombre avec la publication au JO du dernier décret rendant applicable le dispositif mis en place par la scélérate Hadopi, tout espoir n’est pas perdu…. Ce texte concernant la protection des données personnelles sur lequel la CNIL devait statuer, passe relativement inaperçu dans un flux d’info continue d’élections régionales pitoyables de médiocrité. Mais il fallait bien qu’une bonne nouvelle vînt égayer nos journées de pirates /-)

Et la lecture de la presse pertinente (bien que le Figaro aussi ait fait un article aussi sur le sujet) permet de découvrir  ou plutôt de confirmer que hadopi fabriquait, au final, du Pirate. J’aime l’odeur du napalm au petit déjeuner.

Le moindre pirate, le moindre internaute au fait de l’actu savait cette loi inefficace, mais de la à ce qu’elle soit totalement contreproductive… Pascal Nègre va devoir s’attacher à son siège présidentiel… Ca va valser dans les P2P et les réseaux… Vos espoirs, mon cher Pascal, comme nous le présentions, vont être mis à mal. L’industrie musicale voulant protéger son pré-carré finit par en faire sauter plus encore les frontières seigneuriales. Une petite étude délicieuse de l’Université de Rennes menée par Sylvain Dejean, Thierry Pénard et Raphaël Suire tend à prouver que depuis que depuis l’adoption de Hadopi et maintenant qu’elle est applicable, le nombre de pirates /-) a augmenté de 3 %, et surtout qu’ils mettent en place des techniques de téléchargement contournant la loi Hadopi. En soi, ce n’est pas un scoop mais cette étude de Rennes 1 vient pour la première fois étayer les présupposés de la blogosphère.

Cette loi a mis sur la place publique le fait qu’il était possible techniquement de télécharger en étant pratiquement tranquille ; elle a permis la découverte par nombre de petits pirates de procédés techniquement plus élaborés, de fait, n’entrant pratiquement plus dans le champ d’investigation de l’Autorité qui commence déjà à en perdre.

Loin d’être l’épée de Damoclès 2.0 que les tenants de la Hadopi espéraient, seuls 15 % des téléchargeurs habitués aux P2P ont cessé leurs activités dorénavant illégales… on se tourne vers le streaming illégal et Downloadhelper par exemple, merci illimitux…. Rapidshare ou megaupload ont encore de beaux jours et de beaux pirates devant eux… et donc en nombre croissant.

Hadopi n’a guère voulu tenir compte des avis spécialisés concernant les méthodes alternatives de téléchargement, elle n’a qu’à s’en vouloir à elle-même… Elle joue les ignorantes quand les internautes se refilent les tuyaux pertinents…. Hadopi trépigne devant sa boîte mail en attendant d’envoyer les premiers coups de semonce inopérants…et les Pirates du web continuent d’acheter davantage de supports physiques, de CD ou DVD entre autres puisqu’ils découvrent davantage de perles cinématographiques ou musicales.

De fait, nous couper l’accès au Net risque de faire baisser les ventes de ces supports voué à moyen ou long terme à disparaître, à tout le moins à voir leur production revue conséquemment à la baisse dans le cadre de la mise en place de plateforme réellement pertinente de téléchargement légal. Bien que sur ce point les doutes sont de plus en plus conséquents…

Les multiples fermetures et réouvertures et aventures de The Pirate Bay n’ont rien changé, les menaces sur les internautes non plus. Hadopi est une loi profondément ignorante, tout comme les lois sécuritaires en général qui veulent mettre le Net sous surveillance. Elle ignore tout de ce qu’est le web, des internautes et des pratiques mises en place pour contourner les lois et autres dispositifs techniques de surveillance.

D’après l’excellent article des Echos, 3 millions d’internautes indélicats avec la loi passeraient à l’acte et à travers les mailles de la Haute Autorité …

Si l’on devait apporter une conclusion temporaire à cette loi, les internautes nouvellement pirates remercient Hadopi. Elle leur a permis de découvrir de nouvelles techniques, de nouvelles plateformes de découvertes culturelles… illégales, selon Hadopi, mais parfaitement utiles au rayonnement et à la diffusion culturels.

Les industries du disques, les SACD et autres lobbies vont donc encore vaciller sur les trônes qu’ils se sont construits… les plateformes légales, de même, risque de se voir fragilisées puisque bien évidemment, nous l’avons dit, l’illégalité se développe sur un web qu’il serait pertinent d’arrêter de vouloir fliquer systématiquement. Nous aurons toujours un temps d’avance.

A bon entendeur /-)

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone


À propos de l'auteur

Chef de projet Digital, Social Media Manager, disciple de Bacchus



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Back to Top ↑
  • Le Mouton Numérique, blog partenaire

    humanisme numerique mouton transhumanisme
  • Les Chatons d’Or – Blog partenaire

    Les Chatons d’Or – Blog partenaire
  • Suivez-moi sur Twitter

    Suivez-moi sur Twitter

    Suivez-moi sur Twitter


var _gaq = _gaq || []; _gaq.push(['_setAccount', 'UA-44493253-1']); _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();