Regards sur.... zelnik

Publié le 8 janvier, 2010 | par Stéphane Favereaux

2

Zelnik Google.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

 

Alors que le Président Nicolas Sarkozy fait son marché de dupes dans le rapport Zelnik pour donner aux internautes les moyens d’un retour en net-légalité, la question se pose des mesures de financement de l’offre légale. A tout seigneur tout honneur : Google.

Le rapport Zelnik remis mercredi à Fred le ministre et à la présidence évoque de façon très nette la taxation des revenus publicitaires des moteurs de recherche. Les géants Yahoo ! et consorts semblent s’y opposer, à commencer par Google qui manifestait hier, jeudi 7 janvier, son courroux. Olivier Esper, directeur des affaires publiques chez Google France, estime que la logique de cette taxe participe d’une « logique d’opposition entre les mondes de l’internet et de la culture ». Cette remarque n’est pas en soi infondée.

Taxer, ce n’est pas mettre en synergie les acteurs du web mais les opposer de façon systématique. Google certes est en train de numériser des milliers de pages de livres pour les mettre à disposition des internautes, devenant ainsi lui-même un distributeur de culture on-line, mais au delà de cette vision, se contenter de taxer les moteurs de recherche revient à ne pas vouloir mettre sur la table les moyens d’une solution concertée.

Il va de soi qu’il faut prendre le fric là où il se trouve, mais il est encore plus patent que le prendre aux moteurs dans le but d’envisager de proposer et diffuser une offre culturelle accrue marque l’absence d’écoute réelle et de concertation entre la commission Zelnik et les principaux concernés : les acteurs majeurs du web. « Nous espérons que, parmi les recommandations faites par le rapport, ce seront bien celles privilégiant la coopération qui seront retenues. », poursuit Olivier Esper.

Quand bien même Google prélève une partie du marché de  la pub on-line en France et qu’elle est taxée aux USA, il n’en est pas moins vrai que cette solution n’apparaît pas idéale.

Cette commission Zelnik se devait de proposer un modèle économique pertinent, ce ne fut guère le cas. Les taxes s’accumulent, les crédits d’impôts sont sous-jacents, les cartes prépayées potentiellement pertinentes mais le principe reste à parfaire. La question majeure que pose l’offre légale tient aux droits d’auteurs, cela va de soi, c’est le fondement répressif de la hadopi. Pourtant, on envisage encore la seule donnée économique, pas le côté culturel qui apparaît accessoire et uniquement corrélé à une potentialité financière.

Internet doit devenir un moyen de diffuser mais aussi de développer la culture pour qu’elle pénètre chaque foyer connecté, sans pour autant s’opposer aux acteurs de la culture, qu’ils soient éditeurs, éditeurs musicaux, distributeurs ou producteurs. Pourtant, taxer, c’est opposer. Ce n’est en aucun cas collaborer.

Il fallait dégotter derrière les fagots une solution innovante, jouxtant les intérêts croisés des acteurs de la culture et ceux du Net. La SACD, le SNEP et consort n’auraient-ils pas intégré ce qu’est Internet et le potentiel de diffusion culturelle qu’il offre ? La dématérialisation des supports apparaît de plus en plus comme une évidence inéluctable, voire comme une nécessité économique pour les producteurs et diffuseurs de films, de musique, de livres numériques.

Le Net se présente comme une porte ouverte vers de nouveaux consommateurs de culture. Même légalement. Ne donner aux internautes que des cautères sur des jambes de bois numériques relève d’une relative incompréhension de la circulation des infos sur le Web, des supports culturels.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone


À propos de l'auteur

Chef de projet Digital, Social Media Manager, disciple de Bacchus



2 Responses to Zelnik Google.

  1. OrangeOrange says:

    Sarko veut faire cracher Google: il a une (petite) chance ?

    C’est la question du sondage posté sur Pnyx.com

    La question est clairement NON, si l’on en croit la presse anglo-saxonne, qui se marre, considérant que Paris est un nain face au géant de Mountain View (145 Milliards de dollars de capitalisation boursière), que vouloir faire payer à Google le déclin de l’influence culturelle française est un peu gonflé et que de toutes façons, c’est techniquement irréaliste.

    Mais, à bien y regarder, la tentative de N Sarkozy d’étendre ce projet à l’échelle de l’Union Européenne, en introduisant des questions d’enquête pour position dominante, pourrait représenter une véritable menace pour Google et l’on serait alors tenté de répondre OUI, quand on connait sur certains dossiers la détermination du Président français.

    Sauf que déjà, des voix discordantes se sont immédiatement élevées en Allemagne.

    Alors, à votre avis, il a une (petite) chance ? Pour voter:

    http://www.pnyx.com/fr_fr/poll/487

    Les paris sont ouverts !

    PS. Anecdote amusante, Summertime, le posteur de cette question sur Pnyx, a mis en illustration de ce sondage une petite video qui rappelle l’épisode de « Google Bombing » dont Sarkozy a été victime il y a quelques mois (en introduisant une requête d’une injure très grossière, le site Sarkozy.fr était donné en réponse par Google). C’est aujourd’hui que se règle ce compte ?

  2. Pingback: Zelnik Google. | Owni.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Back to Top ↑
  • Le Mouton Numérique, blog partenaire

    humanisme numerique mouton transhumanisme
  • Les Chatons d’Or – Blog partenaire

    Les Chatons d’Or – Blog partenaire
  • Suivez-moi sur Twitter

    Suivez-moi sur Twitter

    Suivez-moi sur Twitter


var _gaq = _gaq || []; _gaq.push(['_setAccount', 'UA-44493253-1']); _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();